randonnées aux Martys 11390 - réseau de GR

drosera espèce protégée sur le territoire des MartysLe territoire des Martys abrite le Drosera, une espèce endémique rare, il s'agit d'une plante carnivore

droseraLes tourbières, nommées localement sagnes, abritent cette plante carnivore protégée, le Drosera rotundifolia. Sa stratégie de capture des insectes, est comparable au papier tue-mouches.
La plante possède une partie visqueuse cernée de petits poils se repliant lentement sur la proie… s’amorce alors le lent processus de digestion par les sucs enzymatiques protéolytiques de la plante.

Extrait de wikipédia sur le fonctionnement du piège

"Pour attirer les insectes vers le piège, les droséras utilisent en priorité le sens de la vue des insectes : au soleil, le mucilage permet à la feuille de briller comme si elle était recouverte de rosée ou de nectar.
Ses sécrétions sont de plus en plus abondantes avec la durée du jeûne.
Les études faites sur les mécanismes d'attraction n'ont jamais pu montrer l’utilisation de phéromones par les droséras.

La stratégie de capture de la proie est comparable à celle des papiers tue-mouche. La proie, venant se poser sur une des feuilles, y est retenue par la matière visqueuse des tentacules. Puis sa propre activité la met de plus en plus en contact avec la glu des poils. Son agitation pour se dégager stimule l’activité des cellules sécrétrices. Ensuite, les tentacules et le limbe de la feuille se mettent en mouvement très lentement.
Le déplacement des poils — du au pliement de chaque pied — est extrêmement lent, contrairement à celui des « mâchoires » de la dionée ; il ne participe pas à la capture de la proie. Il accélère en revanche le processus digestif.
Le droséra se met alors à secréter des composés cyanogènes pour accélérer la mort de l'insecte. Lors d'une capture, la feuille se referme lentement sur la proie afin de la digérer.
Une à plusieurs heures sont nécessaires au repli complet de la feuille. La proie, engluée, meurt d’asphyxie. Elle est ensuite amenée jusqu'au centre de la feuille, là où se trouvent les glandes digestives.
Dans le cas le plus fréquent de la prise d'un insecte, il ne subsiste plus après un ou deux jours, au milieu de la feuille, que le squelette chitineux de l'animal. En une à deux semaines, la feuille a repris sa forme initiale.

Les mouvements des feuilles du droséra sont en fait la somme de tropisme et de nastie. Pendant la digestion, les grandes vacuoles riche en pigment anthocyanique sont fragmentées par le cytoplasme. Celui-ci, s’imbibant aux dépens des colloïdes vacuolaires, se gonfle et produit de nombreux pseudopodes internes qui pénètrent dans la vacuole, s’y anastomosent, puis finissent par diviser cette dernière en un grand nombre de petits éléments denses, globuleux ou filamenteux. La teinte de la vacuole vire au gris violacé. On interprète ces faits comme traduisant le passage, à travers ces cellules, des produits de la digestion protéolytique. Si on a noté la présence (exceptionnelle) de bactéries commensales qui participent à la digestion, une digestion normale est également constatée dans le liquide stérile extrait des tentacules. Les droséras peuvent donc digérer leurs proies grâce à leurs seules sécrétions, sans bactéries symbiotiques comme cela a longtemps été pensé."

 

retour[ Retour ]

Liens Administratifs utiles

email contact

 
We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.